Paracelsia
Le Saigné

T'arraches coeur

Je me gave comme une oie de porno, tellement, que je pourrais faire des critiques objectives sur tout ; l’éclairage, le choix des acteurs, les doublures, les scènes aseptisées ton pastel, clairement utilisées dans de nombreuses sitcoms abrutissants. Premières baises avec Ron Jeremy, Mélissa Lauren et Chasey Lain. Hélène et les garces connes avec Sandra Ro-main, Dahlia Grey et Jenna Jameson. J’écarte la viande pour participer et j’ai l’impression d’importance, être regardée à travers les yeux perçant de Sasha Grey, me croire en train de sucer Stoya, maquillée à la perfection, même la sueur de nos corps entremêlés n’efface rien, je suis désirable à travers elles. Je suis consentante, tout est cadré, rien ne déborde. Je suis la femme magnifiée et torturée dans un film de Paul Thomas, la déesse au toucher chez Andrew Blake, la furieuse arrogante sur pelloche de B. Root, l’intrigante possédée chez Jesús Franco Manera, la sirène dominante de Michael Ninn.

Je jouis, puis je m’effondre les larmes aux yeux, parce que j’ai des remords. Ce goût pour le porno, c’est ce monstre qui me l’a légué, j’ai horreur de ça, mais je n’arrive pas à décrocher, je suis en plein dedans et cela me permet de ne plus avoir de compte à rendre au monde extérieur. La porte des secrets s’ouvre malgré tout, j’ai le malheur de revivre des moments étouffants sans pouvoir intervenir, des bribes de passages difficiles que j’adorerais effacer pour de bon de mon esprit. Je me retrouve enfermée dans un placard avec lui et une grande fille très jolie qui attrape sa queue dans sa main droite, elle est souriante afin de me rassurer, cette chose n’est pas dangereuse, c’est amusant. Comme je ne suis pas con-vaincue, on me tient la nuque pour me faire agenouiller, je dois tout mettre dans ma bouche, mais c’est trop gros pour moi, ça brusque mon organisme, je vomis.

  • Éditions Société des Écrivains
  • Paru le 7 août 2012
22€ Broché
11,99€ E-Pub
Détails et livraisons sur Amazon.fr